L'archipel des îles désertes

separator

Dans la contrainte de « restrictions des contacts sociaux » imposés par les précautions contre le virus, nous nous retrouvons à la fois isolés et multi-connectés. C’est un retrait de la vie sociale ordinaire et physique, qui est souvent vécu comme une réclusion.

Des libertés possibles

Pour autant, les échanges sont nombreux grâce aux connections web.

Sur le plan professionnel, pour les quelques uns qui peuvent goûter à l’originalité d’un télétravail qui reprend les habitudes mais avec une pointe d’exotisme.

Sur le plan personnel pour les désœuvrés, ceux à qui l’on a enlevé la possibilité d’œuvrer, et qui décident de renforcer les richesses interpersonnelles, en prenant (enfin) le temps du contact, même non-physique.

L’illusion plane d’un retour « à la normale ». Mais pour beaucoup, la normale est questionnée. Et si cette normale-là n’était pas possible ou pas si souhaitable que cela ?

Pour ceux-là, si la « réclusion » actuelle est peu appréciée, la remise en « liberté » n’en sera pas vraiment une. La baisse d’activité ramène des possibles oubliés : possibles transformations personnelles, professionnelles, engagements réels vers des comportements, métiers, choix de vie cohérents avec qui l’on est ou avec un équilibre planétaire écologique et social.

D’ailleurs, de belles initiatives fleurissent ça et là, dans un contexte où la générosité, le don, l’utilité remplacent (temporairement ?) la rentabilité, la tarification et les codes de l’économie de marché.

Comme sur une île déserte

En fait, comme Robinson Crusoe, nous sommes contenus dans un périmètre, comme lui, nous explorons nos espaces : réaménagement, rangement, activités inhabituelles à l’intérieur. A l’intérieur de nos logements, à l’intérieur de soi.

Je sais certain.e.s motivé.e.s à s’engager dans une transformation personnelle profonde, prenant cette période comme un défi pour commencer du neuf dans leur vie post-confinement.

Avec détermination ou de grands doutes, de façon claire ou très maladroitement, avec beaucoup de peurs ou d’envie ou tout ça à la fois !

Je propose l’initiative ARCHIPEL, un atelier, en visio, d’échanges et de construction des vies personnelles et professionnelles futures.

1h30 pour 5 personnes max

gratuit (inscription préalable)

en visio (lien envoyé après inscription)

Afin que chacun s’appuie sur l’écoute, la bienveillance et le partage d’un groupe encadré par un coach certifié et ressorte de l’atelier avec des pistes de solutions personnalisées et concrètes pour du changement dans la vie

Les sujets seront ceux que vous apporterez : professionnels, personnels, couple, famille, santé, etc. Ni une formation ni une thérapie, juste un temps pour la construction de soi et de ses projets.

Zou ! je me connecte à l’Archipel

Pour un non-retour à l’anormal !

crédits photos unsplash-logoUSGS

crédits graphismes Créabeng